Saison 2020-2021

Découvrez la programmation du CADO

Spectacles CADO

Télécharger la plaquette

MADEMOISELLE JULIE... s'est fait attendre !

REPORT DES REPRESENTATIONS INITIALEMENT PREVUES DU 20 MARS AU 5 AVRIL 2020. VOIR PLAQUETTE PAGE 2

d’August Strindberg
mise en scène et scénographie Christophe Lidon
avec Yannis Baraban, Sarah Biasini, Deborah Grall
Chorégraphie du bal : Maud Le Pladec, directrice du Centre chorégraphique national d’Orléans avec les amateurs d’Orléans

version scénique Michael Stampe
lumières Cyril Manetta - costumes Chouchane Abello-Tcherpachian
musique Cyril Giroux - images Léonard - assistante à la mise en scène Valentine Galey

avec le soutien de la ville de Saint-Maurice, Théâtre du Val d'Osne
du 15 au 26 septembre 2020 - (report des dates prévues du 20 mars au 5 avril 2020)
salle Pierre-Aimé Touchard

VIDEO : PRESENTATION

MADEMOISELLE JULIE du 20/03 au 05/04/20 from CinéWatt on Vimeo.

 

Mademoiselle Julie est un texte mythique qui a donné envie aux plus illustres artistes de raconter cette histoire d’amour et de manipulation, de violence et de fièvre, durant la nuit de la Saint Jean. La demoiselle de la maison va provoquer et séduire le valet de son père, transgression la plus ultime pour cette «fille à papa» qui va tout faire pour rendre cette nuit – la plus courte de l’année – la plus électrique, la plus intense, la plus définitive. La puissance de ce grand texte de théâtre réside dans la force de l’affrontement, qui traverse les décennies sans que soit affadie pour autant la structure psychologique des personnages qui s’aiment et se combattent ; situation chauffée à blanc qui nous permet de ne pas douter que le talent des acteurs réunis pourra enflammer le plateau du théâtre. Strindberg y concentre sa révolte contre les conventions et renouvelle les codes de l’art dramatique en décidant de montrer non pas ce qui se passe, mais comment cela se passe à l’intérieur des personnages, à la manière naturaliste. Il emprunte à la psychanalyse naissante qui découvre l’inconscient. Afin d’être au plus près de l’intensité du jeu d’acteur, des moyens techniques rendus invisibles permettront de saisir en gros plan et en direct, comme une empreinte de leurs âmes, les conflits intérieurs de Julie, Christine et Jean… Comme si la demeure elle-même témoignait de l’énergie destructrice de ces personnages emplis de contradictions et de certitudes toutes prêtes à voler en éclats aux premiers rayons de l’aurore.

Calendrier des représentations
  • les mardis 15 et 22 septembre 20h30
  • les mercredis 16 et 23 septembre 19h00
  • le jeudi 17 septembre 19h00
  • le jeudi 24 septembre 20h30
  • les vendredis 18 et 25 septembre 20h30
  • les samedis 19 et 26 septembre 14h30
  • les samedis 19 et 26 septembre 20h30
  • les dimanches 20 septembre 15h00

ROUGE

de John Logan
mise en scène Jérémie Lippmann
adaptation française Jean-Marie Besset
avec Niels Arestrup, Alexis Moncorgé

scénographie Jacques Gabel - costumes Colombe Lauriot Prevost
lumières Joël Hourbeigt - son Fabrice Naud - accessoiriste Morgane Baux
assistante à la mise en scène Sandra Choquet
du 2 au 16 octobre 2020
salle Pierre-Aimé Touchard

VIDEO : BANDE ANNONCE

 

Pénétrez dans l’antre de l’ogre !
L’accès à son atelier new-yorkais vous entraîne au cœur de la création artistique.
Cette pièce maintes fois célébrée aux Etats-Unis nous introduit dans l’univers du grand peintre Mark Rothko et dresse le portrait d’un esprit brillant et en colère.
Plongé en pleine contradiction entre les exigences du marché de l’art et son refus de toute compromission, le maître affronte l’incompréhension de son jeune assistant auquel le lie peu à peu un sentiment de filiation impossible.
Niels Arestrup porte avec puissance cette exigence absolue pour son art que Rothko résumait ainsi : «Je suis là pour que ton cœur s’arrête.»
Face à lui, Alexis Moncorgé incarne ce jeune homme dont le parcours auprès de l’artiste se révèlera plein d’éclats, de violence et de moments précieux de partage et de connivence.
Quand la passation se nourrit de l’affrontement des générations…

Calendrier des représentations
  • les mardis 6 et 13 octobre 20h30
  • les mercredis 7 et 14 octobre 19h00
  • le jeudi 8 octobre 19h00
  • le jeudi 15 octobre 20h30
  • les vendredis 2, 9 et 16 octobre 20h30
  • les samedis 3 et 10 octobre 20h30
  • les dimanches 4 et 11 octobre 15h00

ALEX LUTZ

HORS ABONNEMENT - la Cerise sur le CADO

auteurs Alex Lutz et Tom Dingler
mise en scène Tom Dingler
création lumière Cyrille Siffer

du 5 au 8 novembre 2020
salle Pierre-Aimé Touchard

VIDEO / BANDE ANNONCE

 

Connaissez-vous la définition du mot «Lutz» ? «En patinage artistique, saut piqué dont l’appel se fait en arrière, mais aussi la réception, sur l’autre jambe.»
Ce pourrait être une belle métaphore pour ce spectacle virevoltant, dans lequel Alex Lutz nous emmène dans ses univers, aussi variés qu’originaux. Des cascades de rire bien sûr, des personnages croqués avec l’esprit qu’on lui connait, des pantomimes hilarantes, mais pas seulement : «Dans ce spectacle, je veux aussi aborder des moments où l’on est pris à la gorge.» Il se permet d’évoquer nos vulnérabilités, les affres d’une époque qui adore les jugements péremptoires.
Drôle, ironique et déroutant, Alex Lutz nous embarque dans sa vie, dans nos vies, et prouve que l’on peut rire et se souvenir, rire et s’attendrir. Son compagnon équin est à l’unisson… Elégance, émotion et poésie sont ici les meilleures alliées du rire.

Calendrier des représentations
  • le jeudi 5 novembre 19h00
  • le vendredi 6 novembre 20h30
  • le samedi 7 novembre 20h30
  • le dimanche 8 novembre 15h00

JUSTE UNE EMBELLIE

de David Hare
mise en scène Christophe Lidon
version française Michael Stampe
avec Raphaëline Goupilleau (Madeleine), Corinne Touzet (Frances)

décor Sophie Jacob - costumes Chouchane Abello-Tcherpachian
lumières Denis Schlepp - musiques Cyril Giroux - assistante à la mise en scène Alison Demay
du 4 au 18 décembre 2020
salle Pierre-Aimé Touchard

Madeleine a aimé un homme, Frances aussi, et de façon très banale, c’était le même… Ce qui l’est moins dans la pièce du grand dramaturge anglais David Hare, c’est que l’une va demander des conseils à l’autre, afin de mieux comprendre ce qui s’est passé dans sa relation à cet homme qui vient de la quitter pour une troisième…
David Hare joue au chat et à la souris avec ses spectateurs et creuse un abîme absolument nouveau dans l’interprétation d’une tromperie. Et c’est avec délectation que nous découvrons comment des femmes forgées aux croyances des féministes d’hier se retrouvent aujourd’hui, malgré tout, prises dans les pièges éternels de l’amour. Peut-on aimer quelqu’un et pourtant le quitter ? Faut-il continuer à l’aimer en acceptant de subir ? Les années Flower Power ont-elles vraiment révolutionné les relations homme-femme ? La place de la femme évolue-t-elle aussi rapidement qu’elles veulent le croire ?
Des règles à redéfinir et des cartes à rebattre pour rejouer la partie…
Mais Frances et Madeleine ont-elles encore le cœur à jouer ?

Calendrier des représentations
  • les mardis 8 et 15 décembre 20h30
  • les mercredis 9 et 16 décembre 19h00
  • le jeudi 10 décembre 19h00
  • le jeudi 17 décembre 20h30
  • les vendredis 4, 11 et 18 décembre 20h30
  • les samedis 5 et 12 décembre 20h30
  • les dimanches 6 et 13 décembre 15h00

LES PARENTS TERRIBLES

de Jean Cocteau
adaptation et mise en scène Christophe Perton

Avec Muriel Mayette-Holtz, Charles Berling,
Maria De Medeiros, Emile Berling, Zoé Schellenberg

collaboration artistique Camille Melvil - scénographie Christophe Perton avec la collaboration
de Barbara Creutz - création sonore et musiques Emmanuel Jessua - production Scènes et Cités
coproduction Théâtre National de Nice - CDN Nice Côte d'Azur / Le Liberté - Scène Nationale Chateauvallon-Liberté / Radiant-Bellevue - Caluire /Lyon
remerciements au Comité Jean Cocteau
du 15 au 30 janvier 2021
salle Pierre-Aimé Touchard

VIDEO : PRESENTATION

 

Les histoires d’amour finissent mal en général, comme le dit la chanson…
Michel est un jeune homme choyé par sa mère, Yvonne. Lorsqu’il annonce à ses parents qu’il aime la jeune Madeleine, le désespoir s’empare
de sa mère qui craint de perdre son fils, mais aussi de son père car Madeleine est sa maîtresse…
Les parents terribles reprennent avec une maestria diabolique tous les codes du vaudeville pour produire une situation, un rythme, une mécanique et des dialogues qui pulsent une énergie redoutable.
«Il me fallait écrire une pièce moderne et nue, ne donner aux artistes et au public aucune chance de reprendre haleine… Un nœud de vaudeville, un mélodrame, une suite de scènes où les âmes et les péripéties sont, chaque minute, à l’extrémité d’elles-mêmes.» dira Cocteau.
Charles Berling, Muriel Mayette-Holtz et Maria de Medeiros, entre autres, reprennent avec bonheur ce terrible portrait des ravages que peut produire ce sentiment universel, la maladie de l’amour.

Calendrier des représentations
  • les mercredis 20 et 27 janvier 19h00
  • le jeudi 21 janvier 19h00
  • le jeudi 28 janvier 20h30
  • les vendredis 15, 22 et 29 janvier 20h30
  • le samedi 30 janvier 17h00
  • les samedis 16, 23 et 30 janvier 20h30
  • les dimanches 17 et 24 janvier 15h00

LA MOUCHE

librement inspiré de la nouvelle de George Langelaan
adaptation et mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq
avec Christian Hecq (de la Comédie-Française), Valérie Lesort,

Christine Murillo, Jan Hammenecker.

scénographie Audrey Vuong - lumières Pascal Laajili - création sonore
et musique Dominique Bataille - guitare Bruno Polius-Victoire
costumes Moïra Douguet - plasticiennes Carole Allemand et Valérie Lesort
assistant à la mise en scène Florimond Plantier - création vidéo Antoine Roegiers
technicien vidéo Eric Perroys - accessoiristes Manon Choserot et Capucine Grou-Radenez
du 7 au 17 avril 2021
salle Pierre-Aimé Touchard

VIDEO / BANDE ANNONCE

 

Qui connaît l’ADN d’une mouche ? Qui s’y intéresse ? Voici que cet insecte se glisse dans la machine infernale de Robert, chercheur amateur multipliant avec plus ou moins de succès des expériences de téléportation vers un monde parallèle…
Vous les avez applaudis il y a trois saisons avec leur féérique 20 000 lieues sous les mers, interprété par la troupe de la Comédie-Française. Revoilà le duo Valérie Lesort et Christian Hecq pour un nouveau voyage, cette fois dans l’univers loufoque, délirant et inquiétant de La mouche.
La fantaisie théâtrale implacable de cette mutation scientifique fait autant rire qu’émouvoir, et c’est bien là tout le talent de cette équipe artistique exceptionnelle qui s’empare d’une nouvelle déjà adaptée au cinéma avec succès. Cet homme rêveur et complexe qui, sans savoir vivre avec ses congénères, se retrouve cohabitant dans le même corps qu’une mouche, nous embarque dans un spectacle fort déjanté.

Calendrier des représentations
  • le mardi 13 avril 20h30
  • les mercredis 7 et 14 avril 19h00
  • le jeudi 8 avril 19h00
  • le jeudi 15 avril 20h30
  • les vendredis 9 et 16 avril 20h30
  • les samedis 10 et 17 avril 20h30
  • le dimanche 11 avril 15h00

MADAME ZOLA

d’Annick Le Goff
mise en scène Anouche Setbon
avec Catherine Arditi et Pierre Forest

décor Oria Puppo - costumes Juliette Chanaud - lumières Laurent Béal
musiques Michel Winogradoff - assistante à la mise en scène Sophie Gubri
du 12au 22 novembre 2020
Salle Antoine Vitez

VIDEO / BANDE ANNONCE

 

Pas simple d’être la femme d’un grand homme ! Derrière Emile Zola, il y avait Alexandrine, sa veuve, qu’on découvre le jour de l’entrée de son mari au Panthéon. Ce choc émotionnel fort et la sympathie attentive de son ami apothicaire, psychanalyste avant l’heure, vont l’amener à nous livrer les soubresauts de sa vie. Le tourbillon de ses souvenirs nous révèlera une femme de caractère, passionnée, fragile, excessive et jalouse, mais foncièrement bonne.
Ancien modèle d’Édouard Manet (elle a posé pour «Le déjeuner sur l’herbe» !), Madame Zola va se hisser par amour à la hauteur de son célèbre écrivain de mari et suivre Emile dans les méandres tumultueux de sa vie publique et privée.
Voici un beau moment de théâtre, servi par deux interprètes sensibles nous offrant le récit élégant d’une rencontre instructive et complice. Une douceur alerte et tendre traverse leurs échanges intimes et parfois tempétueux. Le charme de cette femme forte, à la truculence franche et directe, opère !

Calendrier des représentations
  • le mardi 17 novembre 20h30
  • le mercredi 18 novembre 19h00
  • les jeudis 12 et 19 novembre 19h00
  • les vendredis 13 et 20 novembre 20h30
  • les samedis 14 et 21 novembre 17h00
  • les samedis 14 et 21 novembre 20h30
  • les dimanches 15 et 22 novembre 15h00

L'OPPOSITION

de Georges Naudy
mise en scène Éric Civanyan
avec Philippe Magnan, Cyrille Eldin

scénographie Édouard Laug - costumes Régine Marangé
assistante à la mise en scène Sylvie Paupardin
du 5 au 18 février 2021
Salle Antoine Vitez

VIDEO / PRESENTATION

 

François Mitterand va-t-il se présenter pour la troisième fois à l’élection présidentielle ? Pour en avoir le cœur net, à l’automne 80, Michel Rocard obtient un rendez-vous en tête-à-tête dans son antre de la rue de Bièvre. S’ensuit un duel féroce entre le fauve carnassier, politique par essence, et son dauphin, cérébral et technique, un choc d’idées, un corps à corps d’ambitions, une partie de poker menteur…
Quelles que soient nos opinions (car ce n’est pas du tout le sujet de la pièce), on ne peut s’empêcher d’être ébloui par le panache qui se dégage de ces hommes politiques d’un autre temps. Interprétée par Philippe Magnan, Mitterand plus vrai que nature, et Cyrille Eldin, Rocard nerveux à souhait, cette passionnante comédie de la vie publique et du pouvoir est aussi un bijou d’humour caustique. Si l’issue nous en est bien sûr connue, le suspense ne faiblit pas – la plupart des répliques sont authentiques -, et le chemin qu’emprunte chacun des adversaires pour arriver à ses fins ne cesse
de nous surprendre.

Calendrier des représentations
  • les mardis 9 et 16 février 20h30
  • les mercredis 10 et 17 février 19h00
  • les jeudis 11 et 18 février 19h00
  • les vendredis 5 et 12 février 20h30
  • les samedis 6 et 13 février 20h30
  • les dimanches 7 et 14 février 15h00