Edito

Que le spectacle éclate…

directeur-2… dans nos salles et hors des murs du Théâtre et que les idées et les émotions qui l’accompagnent retentissent longtemps dans nos coeurs !

Voilà la mission exigeante que je me suis donnée pour cette nouvelle saison du CADO, 2017/2018. Les spectacles présentés, nous l’espérons, vous transporteront de bonheur…
Tout d’abord «L’être ou pas» ; telle est la question que se pose Daniel Russo en croisant son voisin de palier, Pierre Arditi. De quoi s’amuser de nos travers et rire de nos défauts tout en donnant la parole à l’auteur Jean-Claude Grumberg, bien connu des spectateurs du CADO, pour dénoncer tous les cas de racisme (jamais) ordinaire…
Puis un autre voyage en compagnie de Jules Verne ! Celui de «Vingt mille lieues sous les mers». La surprenante proposition de la troupe de la Comédie-Française, sous la direction de Christian Hecq, nous fera revivre la légendaire aventure du Capitaine Nemo dans son Nautilus (poissons et créatures des profondeurs compris).
… Avant que Natalie Dessay achève sous nos yeux son éclatante métamorphose de cantatrice en actrice charismatique, accompagnée de l’émouvante Macha Meril, de Gaël Giraudeau et Bernard Alane, pour nous faire vivre l’une des très rares pièces de théâtre écrites par Zweig : «La légende d’une vie», jamais mise en scène en France, en création au CADO. C’est avec ces comédiens d’exception que nous découvrirons que la légitimité artistique se gagne à coups de vérité, parfois à coups de poing dans les souvenirs familiaux…
Enfin Cyrano de Bergerac et toute sa troupe seront les narrateurs de la naissance de cette oeuvre d’Edmond Rostand, impeccablement inventée par le prolixe Alexis Michalik… Gageons que toutes ces qualités réunies seront récompensées (attention Molières !).
Et pour les plus «mordus» d’entre nous, c’est avec gourmandise que seront croqués les mots les plus inattendus, délicieusement mis à nu par Léonore Chaix et Flor Lurienne, qui s’amusent à interpréter le nec plus ultra de la langue française dans «Déshabillez mots, nouvelle collection».
Ils pourront aussi toucher du doigt le sens le plus universel du mot Création, grâce à Panchika Velez qui s’est emparée de textes de François Bégaudeau (Palme d’or à Cannes pour «Entre les murs»), sur la genèse de l’envie d’enfant. Ainsi, nous finirons notre saison par «Au début» !

Christophe Lidon